Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez vous

                               

 

Recherche

Adhérer au PG ?

 

 
Nous contacter ?

 
BP 80152 -  23004 GUERET CEDEX



06 17 92 72 64



 

 


tract-campagne-adhesion.jpg

Archives

Tracts du PG

 

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/126x175x250xNxABasAusteriteOctobre2012.jpg,Mic.HSEBIr6pxM.jpg.pagespeed.ic.vWOK3CEsVv.jpg

14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 22:58
Communiqué de presse du comité creusois du Parti de Gauche :
 
LGV - La Région Limousin, la majorité PS et la droite limousine inventent la péréquation à l'envers : la plus petite Région de France métropolitaine va financer des travaux de la Ligne à Grande Vitesse Bordeaux-Tours qui ne traversent pas le Limousin. Seuls les 6 élu-e-s de Limousin terre de gauche et les 3 élu-e-s de Europe Ecologie - Les Verts ont fait entendre l'intérêt général en votant contre.
 
Le comité creusois du Parti de Gauche dénonce la décision prise hier au Conseil régional du Limousin en séance plénière extraordinaire de participer au financement du barreau Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux.  La majorité PS, alliée à la droite limousine invente la péréquation à l'envers en permettant par leur vote que la Région Limousin participe lourdement financièrement à la construction d'une ligne de train qui ne traverse pas notre territoire. Circonstance aggravante pour la majorité PS, la région Limousin va se substituer ainsi au désengagement de l'Etat et payer 26,2 millions d'euros des impôts locaux, un partenariat public-privé au profit du groupe privé Vinci qui va se voir confier l'exploitation de la ligne pour 50 ans avec une exigence élevée de retour sur investissement.
 
Le groupe PS et la droite régionale réalisent ainsi sur cette opération une "union sacrée" contre l'intérêt des limousins en général et des creusois en particulier. Ce drôle d'attelage sous la houlette de Mr Denanot (Président de Région) recevant l'appui de Mr Archer pratique l'autoétranglement budgétaire et ce sont plus de 26 millions d'euros qui sont gaspillés au détriment d'invetissements en Région Limousin. Ce passage est imposé, pour que le barreau LGV Limoges-Poitiers, si contesté ait une possibilité de voir le jour .
 
La LGV Limoges-Poitiers, projet anti écologique, interdit le fret ferroviaire, isole la Creuse, augmente le prix du trajet pour Paris et la durée du transport pour les creusois et condamne la modernisation de la ligne de train Paris-Orléans-La Souterraine-Limoges-Toulouse (POLLT). . Il a pourtant reçu à nouveau le soutien et le vote des élu-e-s régionaux socialistes creusois confimant leur constance à trahir leurs engagements sur ce sujet, alors même que la droite creusoise ne prenait pas part au vote. Une motion déposée par les élu-e-s LTG sur le raccordement du POLLT au Y renversé du projet POCL a été rejeté par la majorité PS
Les 6 élu-e-s de Limousin Terre de Gauche et les 3 élu-e-s Europe Ecologie-Les Verts ont voté contre défendant ainsi l'intérêt général régional et celui des creusois-e-s.

Il est toujours plus évident et nécessaire de continuer à bâtir une force politique à gauche dans la continuité de Limousin Terre de Gauche pour dépasser gràce aux citoyen-ne-s, un PS qui montre qu'il peut se montrer peu fiable dans ses engagements. 


Intervention en plénière 13 avril 2011 de Laurence Pache (PG - LTG) pour le groupe Limousin Terre de Gauche


C'est un intéressant exercice qui est le nôtre aujourd'hui où nous sommes amenés à nous prononcer sur le financement par le CR Limousin d'une infrastructure non située sur son territoire. Nous vivons des temps formidables où nous inventons la péréquation à l'envers : la plus petite région de France met la main à la poche pour contribuer à des équipements qui ne la concernent pas. Il fut des temps où l'Etat se chargeait du
financement des équipements structurants.
Tout ceci pour obtenir un hypothétique barreau Poitiers-Limoges que nous ne voyons pas, à part dans les déclarations d'intention des parties qui conventionnent. Ce n'est pas la disparition de l'article 4 de la délibération
de 2008 qui nous convaincra. Cette disparition de la clause de simultanéité c'est déjà un recul sur les engagements pris à l'époque par l'exécutif régional et le montage qui le remplace n'a rien de clair.
Mais pire encore : où est le POLLT ? On voit bien ici ce que nous n'avons cessé de dire depuis des mois. Les deux projets sont incompatibles dans leur financement comme dans leur usage. Prétendre le contraire au moment où le plan de financement de la LGVSEA n'est pas bouclé serait se payer de mots. On peut fort bien dans les discours soutenir l'idée qu'on maintiendra les deux options, mais les faits sont têtus. D'amélioration de la ligne POLLT plus personne ne parle, si ce n'est les citoyens, syndicalistes, associations, élus qui se battent pour conserver cet axe structurant pour le centre de la France, et plus conforme aux intérêts des citoyens limousins.
Cet axe, c'est celui qui irrigue 32 départements, 7 grandes agglomérations, 4 régions, 16 gares qui permet le fret, enfin qui permet un réel aménagement équilibré du territoire, et pas seulement de la seule agglomération de Limoges. Nous avons besoin de cet axe qui est une des trois radiales ferrées nécessaires à un véritable aménagement du territoire, et à l'instar de l'association Urgence Polt, et du voeu de l'AMAC voté samedi dernier, nous souhaitons le raccordement du Polt au Pocl, avec connexion entre Vierzon et Bourges. C’est la solution du Y renversé. A l'opposé, la LGV Limoges-Poitiers c'est la disparition du fret, le saccage écologique des zones où elle va passer, le rallongement du temps de parcours pour les creusois, c'est une flambée annoncée des prix du billet!
Mais il faut bien alimenter l'infrastructure dont Vinci entend tirer des profits à venir. C'est un fantastique bond en arrière que nous accomplissons ! La nationalisation des entreprises du rail en 1937, dans la foulée du gouvernement du front populaire permit de créer la SNCF.
Quelle erreur que la séparation SNCF/RFF! Même Guillaume Pépy dans le Monde du 26 mars reconnaît que ce fut une erreur, c'est un comble ! La création de la SNCF était portée par la vision profondément politique et humaniste du progrès humain, mue par l'idée que la coopération était plus conforme à l'intérêt général que les appétits de lucre stimulés par la concurrence.
Maintenant nous sommes à l'heure des « Partenariats public privé », et dans son communiqué de presse du 10 mars, Nathalie Kosciusko Morizet (NKM) s'en glorifie. Ce projet auquel Mr le président socialiste d'une région de gauche, vous nous demandez d'adhérer sera pour elle un exemple pour la libéralisation du rail à l'échelle européenne ! Quoiqu'il en soit, nous sommes rassurés, Vinci pourra empocher les profits et répercuter les éventuels déficits sur les collectivités signataires. C'est NKM elle même qui le dit : Vinci va construire la ligne et « en contre partie, il percevra les recettes de péages générées par la circulation des trains ainsi qu'une subvention d'équilibre versée par l'Etat, les collectivités territoriales et RFF ». Ouf ! Si nous avions des doutes sur la rentabilité financière de l'opération pour le concessionnaire, nous voilà éclairés. Tout va pouvoir continuer selon ce fameux principe de la privatisation des profits et de la socialisation des pertes.
C'est donc une aventure budgétaire hasardeuse dans laquelle vous voulez nous entraîner. On peut mesurer la gravité de l’engrenage en lisant le Figaro d’aujourd’hui qui nous apprend que Vinci, avant même que le projet ait commencé à exister, demande déjà une rallonge de 60 millions d’€ à RFF !
De fait après avoir subi l'étranglement budgétaire imposé par l'Etat, nous inventons l'étranglement budgétaire choisi. Il y a de l'argent pour cela, alors pourquoi n'y en a-t-il pas pour financer la gratuité des transports que nous appelons de nos voeux ? Si cela est impossible, alors cessez d'invoquer le désengagement de l'Etat alors que vous jetez des millions par la fenêtre !

Partager cet article
Repost0

commentaires