Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez vous

                               

 

Recherche

Adhérer au PG ?

 

 
Nous contacter ?

 
BP 80152 -  23004 GUERET CEDEX



06 17 92 72 64



 

 


tract-campagne-adhesion.jpg

Archives

Tracts du PG

 

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/126x175x250xNxABasAusteriteOctobre2012.jpg,Mic.HSEBIr6pxM.jpg.pagespeed.ic.vWOK3CEsVv.jpg

21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 02:02

Capture_decran_2012-01-20_a_13.30.34


Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des Paroles et des Actes sur France 2.

1. « LES PAYS QUI ONT LE MOINS DEPENSÉ SONT CEUX QUI S'EN SORTENT LE MIEUX »

Capture_decran_2012-01-20_a_13.05.10Capture_decran_2012-01-20_a_13.05.23

Monsieur Lenglet présente un premier graphique (ci-dessus) montrant la part de la dépense publique dans le PIB: la France se situe au niveau le plus élevé. Un second graphique montre les courbes de croissance depuis la crise financière : des trois pays cités, la France apparaît en dernière position. Le message est donc celui-ci : ce n'est pas en augmentant encore davantage les dépenses que vous aurez plus de croissance. Cette présentation est entièrement trompeuse.

Graphique 1 : Dépense publique vs. Croissance ? (source: FMI)

Capture_decran_2012-01-20_a_13.05.38

La comparaison faite par Monsieur Lenglet entre part des dépenses publiques dans le PIB et croissance n'a aucun sens. On observe sur le graphique 1 ci-contre qu'aucune corrélation n'existe entre ces deux variables pour les pays de l'UE (source FMI : fiscal monitor 2011). Plus intéressant, le graphique 2 ci-après montre qu'aucune corrélation n'existe non plus entre la part de la dépense publique dans le PIB et les taux d'intérêts sur la dette de long terme. Certains pays, comme le Danemark ou la Finlande, ont une dépense publique en pourcentage du PIB très élevée et des taux d'emprunts très faibles. Inversement, des pays comme le Portugal, la Hongrie ou la Slovénie doivent payer des taux d'intérêt sur 10 ans élevés malgré un faible niveau de dépenses publiques.

Lire le document dans son intégralité (format pdf)...

Partager cet article
Repost0

commentaires