Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez vous

                               

 

Recherche

Adhérer au PG ?

 

 
Nous contacter ?

 
BP 80152 -  23004 GUERET CEDEX



06 17 92 72 64



 

 


tract-campagne-adhesion.jpg

Archives

Tracts du PG

 

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/126x175x250xNxABasAusteriteOctobre2012.jpg,Mic.HSEBIr6pxM.jpg.pagespeed.ic.vWOK3CEsVv.jpg

11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 08:40
Déclaration d’entre deux tours du Parti de Gauche

Le séisme était attendu. Il a eu lieu. Le FN est en tête à l’issue du 1er tour des élections régionales.

Un électeur sur deux (et même 70 % des ouvriers, 70% des moins de 34 ans), malgré cette menace, n’est pas allé aux urnes, marque d’une crise politique profonde des institutions de la 5ème République qui doit interroger l’ensemble des forces politiques.

Le gouvernement de F. Hollande et M. Valls et l’état-major du PS portent une énorme responsabilité. C’est bien d’abord et avant tout leur politique antisociale et anti-écologique qui a divisé la gauche et désespéré le peuple. Sans refaire l’énumération de l’ensemble des mesures prises, le résultat est là : les patrons du CAC40 ont pu encaisser 40 milliards de CICE sans aucune contrepartie, et se reverser 60% d’augmentations de dividendes. Sans surprise, le chômage explose et le réchauffement climatique s’accélère. Exploitant tous les rouages de la 5ème République à coups de 49.3, se soumettant aux injonctions de Bruxelles et même les soutenant face au peuple grec, ils assument également la poursuite de logiques va-t’en guerre atlantistes irresponsables.

La défaite sociale des résistances à ces politiques, et leur criminalisation, s’accompagne d’un déni démocratique et d’une défaite culturelle profonde. Le choix autoritaire et identitaire de la réponse aux terribles attentats qui ont frappé le pays, par l’instauration de la déchéance de la nationalité et la prolongation de l’état d’urgence en vue de sa constitutionnalisation, ont achevé de valider l’idéologie de l’extrême droite, raciste, nationaliste et capitaliste. Le PS court derrière la droite qui court derrière le FN en reprenant son vocabulaire et ses propositions allant jusqu’à lui délivrer un brevet de laïcité et de républicanisme. Le FN gagne ainsi la bataille culturelle de division du peuple sur des bases ethnicistes déconstruisant les consciences républicaines et faisant disparaître les intérêts de classe antagoniques entre le peuple et le patronat. Cela ne bénéficie qu’à ce dernier.

M. Valls, comme F. Hollande, propose de finir son travail en tuant définitivement la gauche. Son appel au désistement, voire la fusion avec les listes de droite, finalement repris par l’état-major du PS, a d’abord démobilisé l’électorat de gauche. Aujourd’hui ils le privent de toute représentation dans plusieurs régions. Cette décision, qui l’amène même à appeler à voter pour la droite contre Jean-Paul Masseret en ACAL, ne réglera rien car une bonne partie de l’électorat de gauche n’ira pas voter pour Les Républicains. Et pour la première fois, le total des voix du FN a dépassé celui de la droite. Lutter contre le FN ce n’est pas déserter le second tour d’une élection. C’est l’affrontement avec le FN qui le fera reculer, en portant un projet alternatif et non l’effacement, qui vise à lui donner un blanc-seing d’antisystème quand il n’en est que l’idiot utile ! F. Hollande, M. Valls et l’état-major solférinien, jouent une partition des plus cyniques et irresponsables, celle du pari de l’absorption de la droite dans le vote FN et de la disparition de la gauche pour incarner une candidature « Front républicain » face au FN en 2017.

L’autre gauche doit regarder en face ses propres échecs : à refuser de nationaliser les enjeux des scrutins intermédiaires depuis la présidentielle, aggravé dans ces régionales par le refus d’opérer un même rassemblement de l’opposition de gauche ancré dans des démarches citoyennes sur tout le territoire, elle s’est rendue illisible et inaudible, incapable d’incarner une alternative. La totalisation de ses scores, avec 10,77%, tout en étant un socle, reste en deçà du score de Jean Luc Mélenchon à la Présidentielle de 11% additionné à celui d’Eva Joly (2,31%). Le FN, lui, n’a cessé de poursuivre depuis 2012 la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Il totalise quasiment le même nombre de voix pour un scrutin pourtant intermédiaire.

Pour l’heure, le Parti de Gauche a décidé de garantir le droit aux électrices et électeurs des listes qu’il soutenait d’être représenté-e-s dans les assemblées régionales. Le fonctionnement antidémocratique de ces élections, marquées par le présidentialisme de région à l’instar de la 5ème République, ne permet pas une proportionnelle automatique. Nous avons par conséquent fait le choix que nos candidat-e-s participent à des regroupements techniques là où c’est possible, pour constituer des groupes d’opposition de gauche dans les Conseils régionaux dans des conditions garantissant leur complète indépendance tout en essayant d’éviter des majorités de droite et extrême-droite dans le maximum de régions. Quant aux autres régions présentant des duels entre candidats LR et FN, si pour nous pas une voix doit être donnée au FN, il revient aux candidats LR de convaincre et de démontrer leur opposition au programme du FN quand ils n’ont de cesse de le reprendre.

Pour la suite, une fois ces élections passées, face aux menaces d’état d’urgence permanent, il faudra, plus que jamais, rassembler toutes nos forces pour résister et ouvrir un chemin. Nous avons à repenser radicalement la façon de redonner confiance au peuple, si l’on souhaite qu’il prenne son destin en main à la mesure des enjeux historiques. La bataille à conduire est totale, sociale, culturelle et politique, et nous sommes plus que jamais déterminés à la mener.

Mercredi 9 Décembre 2015

Le Parti de Gauche

 

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 15:27
Pour Ensemble ! et Parti de Gauche Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente Stéphane Lajaumont et Laurence Pache 8 décembre 2015

Pour Ensemble ! et Parti de Gauche Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente Stéphane Lajaumont et Laurence Pache 8 décembre 2015

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 09:14
RESULTATS DU 1er TOUR DES REGIONALES EN CREUSE

PS: 27.28%

EX UMP: 27.21%

FN: 22.89%

FRONT DE GAUCHE: 7.82%

EELV: 4.87%

DEBOUT LA FRANCE: 4.02%

LO: 1.95%

VAGUE CITOYENNE: 1.75%

UPR: 1.11%

NOUVELLE DONNE: 1.10%

 

BLANCS: 4.34%

NULS: 3.96%

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 08:55
Les listes soutenues par le Parti de Gauche

A trois jours du premier tour, le Parti de Gauche rappelle les listes qu’il soutient en France.

Le PG a abordé les élections régionales avec l’ambition de faciliter au maximum le rassemblement de l’opposition de gauche tout en allant le plus loin possible dans l’implication citoyenne.

Il n’a malheureusement été possible d’y parvenir dans toutes les régions, au final, le PG s’engagera dans des listes d’opposition de gauche et pour des régions citoyennes dans dix d’entre elles.

Dans deux d’entre elles, cette alliance est complète. Elles vont du FDG à EELV :

  • Midi Pyrénées – Languedoc Roussillon : liste menée par Gérard Onesta. Têtes de liste départementales PG : Guilhem Serieys (Aveyron) et Muriel Ressiguier (Hérault)
  • PACA : liste mené par Sophie Camard en binôme avec Jean-Marc Coppola

Deux autres régions voient un rassemblement entre plusieurs organisations dont le PG et EELV (mais sans le PCF) :

  • AURA : liste menée par Jean-Charles Kohlhaas en binôme avec Corinne Morel-Darleux (Têtes de listes départementales PG : Corinne Morel Darleux (Drôme) et Andréa Kotarac (Lyon)
  • Nord Pas de Calais / Picardie : liste menée par Sandrine Rousseau (Têtes de liste départementales PG : Laurent Matejko (Nord Pas De Calais), Marie-Laure Darrigade (Picardie)

Dans six autres, le Front de Gauche sera entièrement rassemblé (mais sans EELV, qui a cette fois choisi de faire cavalier seul) :

  • ALCAL : liste menée par Patrick Peron Têtes de listes départementales PG : Sylvain BROUSSE (67), Dominique Cholez (88)
  • Aquitaine – Poitou Charente – Limousin : liste menée par Olivier Dartigolles en trinôme avec Stéphane Lajaumont et Laurence Pache (Têtes de liste départementales PG : Laurence Pache (Creuse), Isabelle Godeau (Deux Sèvres)
  • Bourgogne – Franche Comté : liste menée par Nathalie Vermorel
  • Bretagne : liste menée par Xavier Compain (Tête de liste départementale PG : Catherine Boudigou (Finistère)
  • Ile-de-France : Liste menée par Pierre Laurent en trinôme avec Clémentine Autain et Eric Coquerel. Têtes de liste départementales PG : Eric Coquerel (Paris) et Raquel Garrido (Hauts-de-Seine)
  • Normandie : liste menée par Sébastien Jumel. Tête de liste PG : Jean-Claude Marie (Orne)

Le PG ne sera absent que dans deux régions (Centre et Pays-de-Loire) faute d’avoir trouvé, ni avec le PCF ni avec EELV, qui partent seuls, chacun de leur côté, un accord sur ses marqueurs.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 10:07
REPRENONS NOS AFFAIRES EN MAIN!

Samedi 21 Novembre 2015

Comité Creusois du Parti de Gauche

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 08:43
Pour une opposition de gauche et pour des régions citoyennes

Le PG engagé dans des listes de rassemblement

 

Le PG a abordé les élections régionales avec l’ambition de faciliter au maximum le rassemblement de l’opposition de gauche tout en allant le plus loin possible dans l’implication citoyenne.

Fin août nous écrivions dans ce but à tous nos partenaires potentiels, nos alliés du FDG, EELV, Nouvelle Donne, le NPA, la NGS, en indiquant les marqueurs permettant de faire accord. Il s’agissait de l’autonomie vis-à-vis du PS, d’un programme de rupture avec l’austérité et le productivisme, des assemblées citoyennes représentatives permettant une co-construction de la campagne avec les partis, les appels citoyen et toutes celles et tous ceux voulant s’y investir, d’une charte éthique (comprenant notamment le non cumul des mandats), et du refus de tout préalable pour le 2ème tour dans un sens ou dans l’autre.

Le PG a donné la priorité à cette unité, au-delà même de nos intérêts de partis.

Voilà pourquoi nous n’avons pas de têtes de liste régionales, nos partenaires ayant posé la leur comme condition. Pour notre part, dès lors qu’il y avait accord sur le fond, nous avons refusé de risquer la division pour une question de tête de liste.

Alors que toutes les listes sont désormais connues, nous observons une première réussite : des listes d’opposition de gauche, autonomes du PS, seront présentées devant les électeurs dans l’ensemble des régions.

En divisant la gauche par la politique austéritaire et productiviste du gouvernement, le PS se retrouve, lui, isolé dans toutes les régions.

C’est la première fois. C’est le résultat du rejet de la politique de droite du gouvernement qui grandit à gauche et dans le peuple plus généralement. Son utilisation de la peur du FN, notamment en NPDC-Picardie et en PACA, pour essayer d’imposer un rassemblement derrière lui n’a pas fonctionné.

Au final, le PG s’engagera dans des listes d’opposition de gauche et pour des régions citoyennes dans dix régions.

Dans quatre d’entre elles, cette alliance va jusqu’à EELV :

L’unité de l’opposition de gauche est complète dans deux régions : en Midi-Pyrénées/Languedoc Roussillon et PACA. Cette construction, unissant notamment le FDG et EELV, peut nous permettre d’être en tête de la gauche au soir du 1er tour. Cela constituerait un événement politique.

Deux autres régions voient également un rassemblement entre le PG, EELV, la NGS et Nouvelle Donne (même si malheureusement le PCF a décidé de partir seul):

C’est le cas dans le Nord Pas de Calais Picardie et en Auvergne Rhône-Alpes (dans cette dernière région la liste comprend également Ensemble).

Dans six autres le Front de Gauche incarnera seul ce rassemblement puisque EELV a cette fois choisi de faire cavalier seul :

Ile-de-France, Bretagne, Normandie, Aquitaine Poitou-Charentes Limousin, Alsace Champagne-Ardennes Lorraine, Bourgogne Franche-Comté.
Le PG ne sera absent que dans deux régions (Centre et Pays-de-Loire) faute d’avoir trouvé, ni avec le PCF ni avec EELV, qui partent seuls, chacun de leur côté, un accord sur ses marqueurs.

Nous avons progressé par rapport à 2010 même si nous regrettons de ne pas être parvenus à rassembler tous les acteurs concernés dans toutes les régions.

Le meeting du 12 novembre à Montpellier réunissant notamment Jean-Luc Mélenchon, Cécile Duflot, Pierre Laurent, Clémentine Autain sera le symbole des listes de large rassemblement.

Nous voulons ainsi démontrer qu’il n’y a pas de fatalité au tripartisme et qu’une alternative est possible.

Danielle Simonnet et Eric Coquerel, coordinatrice et coordinateur du Parti de Gauche

 

LES DIX LISTES OPPOSITION DE GAUCHE ET POUR UNE REGION CITOYENNE SOUTENUES PAR LE PG

 

Listes incluant EELV :

Midi Pyrénées – Languedoc Roussillon
Nom de la liste : Nouveau monde en commun !
Tête de liste : Gérard Onesta
Soutenue par : le FDG (PG, E!, PCF), EELV, NGS, Régions et Peuples Solidaires
Têtes de liste départementales PG : Guilhem Serieys (Aveyron) et Muriel Ressiguier (Hérault)

PACA
Nom de la liste : La région coopérative Sociale-Ecologiste-Citoyenne
Têtes de listes : Sophie Camard en binôme avec Jean-Marc Coppola
Soutenue par : EELV, FDG, NGS
Porte-Parole PG : Hélène Le Cacheux (5ème sur les Bouches-du-Rhône)

AURA
Nom de la liste : Le Rassemblement
Tête de liste : Jean-Charles Kohlhaas en binôme avec Corinne Morel-Darleux
Soutenue par Ensemble !, EELV, NGS, ND, PG
Têtes de listes départementales PG : Corinne Morel Darleux (Drôme) et Andréa Kotarac (Lyon)

Nord Pas de Calais / Picardie
Nom de la liste : Choisir une région citoyenne, écologique et solidaire. Le Rassemblement
Tête de liste : Sandrine Rousseau
Soutenu par EELV, PG, ND, NGS et des collectifs citoyens
Têtes de liste départementales PG : Laurent Matejko (Nord Pas De Calais), Marie-Laure Darrigade (Picardie)

 

Avec le seul FDG :

ALCAL
Nom de la liste : Nos Vies d’abord
Tête de liste : Patrick Peron
Soutenu par le FDG, NGS, MRC, Région Citoyenne
Têtes de listes départementales PG : Sylvain BROUSSE (67), Dominique Cholez (88)

Aquitaine – Poitou Charente – Limousin
Nom de la liste : L’humain d’abord
Tête de liste : Olivier Dartigolles
Soutenue par le FDG et la NGS
Têtes de liste départementales PG : Laurence Pache (Creuse), Isabelle Godeau (Deux Sèvres)

Bourgogne – Franche Comté
Nom de la liste : L’alternative à gauche
Tête de liste : Nathalie Vermorel
Soutenue par le FDG, le MRC, la NGS, de collectifs citoyens

Bretagne
Nom de la liste : Pour une Bretagne sociale et écologiste - L’Humain d’abord !
Tête de liste : Xavier Compain
Soutenu par le FDG et des collectifs citoyens
Tête de liste départementale PG : Catherine Boudigou (Finistère)

Ile-de-France
Nom de la liste : Nos vies d’abord !
Tête de liste : Pierre Laurent en trinôme avec Clémentine Autain et Eric Coquerel
Soutenus par le FDG, Région Citoyenne (la fabrique coopérative, le rassemblement citoyen)
Têtes de liste départementales PG : Eric Coquerel (Paris) et Raquel Garrido (Hauts-de-Seine)

Normandie
Nom de la liste : Un vent de colère, un souffle d’espoir
Tête de liste : Sébastien Jumel
Soutenue par le FDG
Tête de liste PG : Jean-Claude Marie (Orne)

 

Mardi 10 Novembre 2015

Le Parti de Gauche

 

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 08:53
Le 6 décembre choisissez l'humain d'abord !
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 22:12

ft-de-gauche

Les élections sénatoriales du 28 septembre vont se dérouler dans un contexte particulièrement préoccupant pour l’avenir de notre pays et de notre département.

Mois après mois, au nom de la compétitivité et de remèdes qui ne font qu’enfoncer la France dans la crise, le pouvoir d’achat des salariés diminue, les emplois disparaissent, la précarité devient la norme, la pauvreté s’étend avec le chômage et la crise écologique s’approfondit.

Dans le même temps, à l’autre bout de la chaîne, les grands groupes et leurs actionnaires engrangent des dividendes insolents. La politique d’austérité menée par le gouvernement sur les recommandations de la commission européenne, faite de cadeaux au patronat et de réduction de la dépense publique, est un échec patent tant aux plans économique et social, qu’écologique et démocratique.

Pourtant le Président de la République et son premier ministre persistent et signent dans la mise en œuvre d’une politique qui ne se distingue dorénavant plus d’une politique de droite. Après le pacte de responsabilité et ses dizaines de milliards accordés aux entreprises sans aucune contrepartie en termesd’emplois, le gouvernement décide une saignée de 50 milliards dans les dépenses publiques d’ici 2017. Cela se traduira par la suppression de milliers d’emplois dans la fonction publique du fait du non remplacement des départs en retraite, par un affaiblissement et un déficit de qualité des grands services publics de la santé, de l’éducation, de la recherche, de la justice, de l’écologie, des transports et notamment le ferroviaire, par moins d’investissements utiles au pays.

Les collectivités locales, jugées trop dépensières, sont elles aussi appelées à se serrer la ceinture : les dotations versées par l’Etat continueront de baisser pour être amputées de 11 milliards sur trois ans. C'est la mort par asphyxie programmée des communes rurales, c'est le recul de la démocratie de proximité et ce ne sera pas sans conséquences sur l’emploi quand on sait que plus de 70 % de l’investissement public est réalisé par ces mêmes collectivités locales.

Dans la même logique le gouvernement, conformément aux souhaits de la commission européenne, s’attelle à un détricotage radical de l’organisation territoriale de la République au prétexte de la compétitivité et de l’attractivité des territoires. La création des grandes régions, la disparition programmée des conseils départementaux, le nouveau regroupement des intercommunalités vont attiser la compétition entre les territoires et accélérer la concentration des investissements publics et privés en faveur des plus riches. Ce projet qui échappe à tout débat démocratique va accentuer les fractures territoriales au bénéfice des agglomérations et au détriment des territoires ruraux, entraîner inéluctablement la disparition des communes et des services publics de proximité, au détriment de l’unité et de l’égalité. C'est la démocratie qui recule au profit d'une professionnalisation accrue de la politique,coupée du peuple.

Les organisations du Front de gauche en Creuse: Ensemble, le Parti Communiste, le Parti de Gauchedénoncent, combattent ces orientations qu’elles appellent à sanctionner lors des élections sénatoriales du dimanche 28 septembre.

 

Elles proposent le rassemblement de toutes celles et de tous ceux qui refusent l’impasse et l’injustice de la politique actuellement menée, rejettent les injonctions du Medef, et travaillent à réinventer un projet de gauche, sans compromis avec le libéralisme, et alternatif aux choix du gouvernement Hollande/Valls.

 

A cet effet, elles présenteront des candidates et candidats soutenus par le Front de Gauche, sous l’étiquette « Front de Gauche Creusois» sans préciser la composante dont ils sont membres, qui porteront d’autres choix de développement pour notre pays, sur la base d’orientations fortes en rupture avec les logiques libérales.

 

La lutte contre les inégalités, les réponses aux urgences sociales et écologiques, la démocratie seront au centre de leurs préoccupations. Favorables à une réforme en profondeur de nos institutions, ils/elles militeront pour l’instauration d’une 6ème République qui permette le retour du peuple souverain dans sa représentation à l’Assemblée Nationale et redéfinisse radicalement le rôle et les missions du Sénat, notamment de son mode d'élection.

 

Ces orientations, tou-te-s les candidat-e-s « Front de Gauche Creusois » s’engagent à les porter pleinement et intégralement, le 28 septembre, au 1ertour comme lors d’un éventuel second tour, en se présentant à chaque tour du scrutin.

 

La courte campagne politique des sénatoriales sera axée sur les trois points suivants :

-dénonciation sans ambiguïté de la politique austéritaire du gouvernement

-appel à combattre la réforme territoriale à l’œuvre par la mobilisation des élu-e-s et des citoyen-ne-s, la décision revenant au peuple par référendum.

-appel à une réforme profonde du sénat pour devenir une chambre relais des collectivités locales et des initiatives citoyennes dans le cadre d’une sixième République.

 

Les deux candidatures seront composées de la manière suivante :

-Candidature 1 : PG femme (titulaire), Ensemble homme (suppléant)

-Candidature 2 : PCF homme (titulaire), PCF femme (suppléante)

-Mandataires financiers : PCF et PG

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 22:39

L'IFOP sort ce mois ci une étude sur le vote Front de Gauche des européennes de 2009 à le dernière présidentielle, en reprenant une partie du travail du laboratoire de modélisation et de traitement graphiques en géographie (MTG) de l'université de Rouen. Ce n'est donc pas totalement un travail universitaire mais ces 23 pages donnent des éléments de compréhension de l'implantation progressive du Front de Gauche et de son relatif flottement depuis l'arrivée au pouvoir d'une gauche de renoncement emmenée par la présidence de François Hollande et le gouvernement PS-EELV-PRG.

A consulter en cliquant sur l'image ou ici

resultats-second-tour

Les élections comparées sont celles des européennes de 2009, des Régionales de 2010, des cantonales de 2011 et des présidentielles de 2012. Les législatives de 2012 ne sont pas étudiées. 

La dernière partie témoigne du fait que le rejet de la politique du gouvernement actuel ne se traduit pas mécaniquement par une hausse conséquente de notre Front dans les urnes. Il fait état également du rapide et massif discrédit de François Hollande et du PS parmi la grande majorité des sympathisant-e-s du Front de Gauche qui restent à 90 % en soutien de notre candidat commun à l'élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon. 

On y trouvera bien entendu des références au Limousin et si Limousin Terre de Gauche n'est pas citée nominalement son expérience aux deux tours des régionales et l'expérience des cantonales (il est même question de Guéret sud-est où notre camarade Pierre Auger a réalisé plus de 16% !).

Nous en tirons beaucoup d'arguments pour montrer que ce que nous avons collectivement et intelligement mis en oeuvre doit garder sa cohérence et son ouverture à celles et ceux qui croient en l'Humain d'abord.

 

Partager cet article
Repost0