Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez vous

                               

 

Recherche

Adhérer au PG ?

 

 
Nous contacter ?

 
BP 80152 -  23004 GUERET CEDEX



06 17 92 72 64



 

 


tract-campagne-adhesion.jpg

Archives

Tracts du PG

 

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/126x175x250xNxABasAusteriteOctobre2012.jpg,Mic.HSEBIr6pxM.jpg.pagespeed.ic.vWOK3CEsVv.jpg

2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 00:27
LOGO FOND CARRE FACEBOOK

Monsieur le Maire, cher-e-s collègues,

Au nom du groupe Guéret Terre de Gauche, je veux vous faire part de notre état d’esprit pour représenter au Conseil les 15,3% d’électeurs guérétois-e-s qui nous ont mandaté.

Le débat public doit continuer.

Nous faisons le pari de convaincre les Guérétois-e-s que nos propositions peuvent devenir majoritaires au sein de ce conseil. Nous allons convaincre que le retour en régie publique d’un trop grand nombre de services publics délégués au privé et notamment l’eau, bien public essentiel, doit nous permettre de baisser la facture des usagers ou de faire des économies pour financer de nouveaux droits. Convaincre que la gratuité des transports de l’agglomération du Grand Guéret est non seulement juste et égalitaire mais également écologique et nécessaire pour redonner un second souffle à Agglobus, convaincre que c’est le refus de l’austérité qui redonne espoir et fait reculer la division entre habitant-e-s et les tentations malsaines à rechercher des boucs émissaires chez ses voisins.

Convaincre que les Guérétois-e-s doivent être associé-e-s plus directement à la décision de la cité via des comités de quartier disposant de budgets participatifs, de consultations directes, nous participerons à tous les espaces démocratiques. Pour peu qu’il soient utiles, et qu’ils associent les habitants avant la prise de décision, et non après la décision dans une concertation factice.

Convaincre que la précarité dans le travail doit disparaître et que la ville peut donner l’exemple pour ses personnels, convaincre de la nécessité d’une planification écologique (programme « zéro déchets » en développant les ressourceries sur le modèle de recyclabulle, une régie communale de production d’énergie, etc…

Convaincre que l’action municipale a du pouvoir sur le Bien Vivre ensemble, que la ville peut retrouver son dynamisme, plaire, attirer de nouveaux habitant-e-s, que son centre ville peut être le lieu de retrouvailles agréables de tou-te-s les Guéretois-e-s, autour du marché installé dans une halle, privilégiant d’autres modes de consommation en circuits courts et commerces de proximité sur toute la ville, plutôt que le tout « grandes surfaces ».

Convaincre que l’on doit partager la voirie, installer des modes de transports doux avec des pistes cyclables, une accessibilité garantie à tou-te-s aux espaces publics.

Convaincre qu’il faut soutenir les associations qui créent du lien entre citoyen-ne-s associé-e-s et le renforcer par la création d’un centre social, agir pour le droit à la santé avec une maison médicale…

Convaincre que soutenir l’Ecole de la République, laïque, et les personnels publics qui la font vivre reste essentielle pour nos enfants.

Convaincre que la vie politique peut être renouvelée, plus transparente, plus éthique, plus démocratique encore et toujours pour que les habitant-e-s soient mieux écouté-e-s.

Nous continuerons de défendre notre programme car il est celui de l’intérêt général. Oui nous serons constructifs et voterons tous ce qui est conforme à nos mandats, travaillerons à faire améliorer ce qui ne l’est pas mais n’hésiterons pas à refuser ce qui ne nous convient pas dans la continuité du groupe Limousin Terre de Gauche au Conseil Régional. Nous sommes libres et indépendants de par la volonté des 778 Guérétois-e-s qui en ont décidé ainsi et nous leur en rendrons compte.

Pour autant, nous n’allons pas nous enfermer dans le localisme.

Oui les décisions nationales ont un impact sur les choix municipaux. Il ne faut pas se le cacher. Nous sommes des élus locaux mais aussi des militant-e-s politiques, conscient-e-s du message que donne le vote des 23 et 30 mars dernier sur fond d’abstention toujours plus élevée.
Nous serons donc présents pour dénoncer les prises de positions schizophrènes des élu-e-s de gauche ou de droite qui nationalement soutiennent les politiques de réduction des dépenses publiques, et localement entendent se battre contre la fermeture d’un bureau de poste, la fermeture d’une classe, la supression de postes de fonctionnaires et l’affaiblissement des services publics, les réductions de moyens pour l’hôpital, coeur du système de santé, alors que l’un est la conséquence de l’autre.

Les politiques austéritaires défendues par les majorités présidentielles qui se succèdent ont les mêmes conséquences : la baisse des dotations pour les collectivités. Ainsi en va t-il du budget 2014 et suivants avec la perspective de 10 milliards de réductions des subventions aux collectivités jusqu’en 2017. Nous serons là pour nous opposer aux conséquences prévisibles locales. Trop souvent les économies se font sur la culture et l’éducation, ou l’investissement sur le tissu des petites entreprises et artisans locaux. Mais aussi sur les personnels et la masse salariale. Nous serons à leurs côtés pour les défendre à commencer par notre participation à la grande manifestation nationale à Paris le 12 avril prochain pour contribuer à l’opposition de gauche à la politique libérale et anti sociale du président de la République et de son gouvernement.

Indépendant-e-s, Intransigeant-e-s sur le fond mais disponibles pour le débat politique et ce qui améliore concrètement la vie des Guérétois-e-s. .

Je vous remercie, monsieur le Maire, cher-e-s collègues pour votre attention

photo-Cecile.jpg

Partager cet article
Repost0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 00:23

LOGO FOND CARRE FACEBOOK

Le premier conseil municipal est très protocolaire, consistant à l’installation du conseil nouvellement élu suite aux élections des 23 et 30 mars 2014.

Beaucoup de monde , en général des proches des listes représentées, assiste à cette séance, toute la presse également.

Michel Vergnier, en maire sortant, annonce les résultats du second tour : 8579 inscrit-e-s, 5299 votant-e-s, blancs et nuls 267 exprimé-e-s : 5032, la liste d’alliance à gauche a obtenu 2744 voix (54,45 %), la liste de droite a obtenu 1604 voix (31,87 %) et la liste FN 688 voix (13,67 %).

Les règles font que la liste arrivée en tête obtient la moitié plus un des 33 sièges à élire et 54,45 % des 16 restants, ce qui donne 22 pour la majorité PS-EELV-PCF et 4 pour notre liste indépendante. La droite de Jean-François Thomas obtient 5 sièges et le FN de Martial Maume a 2 sièges.

Le maire sortant désigne Eric Jeansannetas (PS) comme secrétaire de séance, fait l’appel et transfère la présidence de la nouvelle assemblée, où nous sommes installé-e-s par ordre alphabétique, à Jenny Chardavoine, doyenne et membre de Guéret terre de gauche.

Élection du maire par le conseil municipal

La présidente fait l’appel des candidatures au poste de maire. Le PS propose Michel Vergnier pour la majorité, Guéret terre de gauche propose David Gipoulou et le FN Martial Maume. Pas de candidat-e-s de droite. cela donne après un vote à bulletin secret que chacun de nos voisins peut voir [note de Guéret terre de gauche : on va demander un isoloir] : Vergnier 22 voix, Gipoulou 4 voix, Maume 2 voix et 5 votes blancs. Nous avons présenté un candidat pour donner immédiatement le ton sur notre indépendance comme groupe et également parce que nous avons dénoncé le cumul des mandats pendant la campagne et signé la charte Anticor et pris des engagements en ce sens.

Jenny Chardavoine annonce l’élection de Michel Vergnier comme maire.

Ce dernier prononce une allocution où il fait état de son « émotion », de sa « meurtrissure » liée à « certains propos » commente un résultat des urnes sans appel. Il continue de cultiver l’ambiguïté sur une majorité de 26 élu-e-s, dont quatre indépendant-e-s [note de Guéret terre de gauche : sa majorité est de 22 en réalité]. Il insiste sur son programme, sensé être basé sur les capacités financières de la ville dans un cadre contraint par les difficultés budgétaires de la France. Il affirme d’ailleurs ne pas être d’accord quant à un effort de Guéret au même pourcentage que les autres villes. Il rappelle les pouvoirs de la communauté d’agglomération et notamment la question des transports (il s’est engagé suite à notre accord de fusion, à ce que Guéret fasse réouvrir le dossier des transports gratuits). Pour la vie locale, il reconnaît un défaut dans le fonctionnement des quartiers et donne comme objectif d’intégrer plus d’habitant-e-s. Il fait mine de ne pas comprendre pourquoi notre groupe présente un candidat et ironise sur sur le fait qu’il n’aurait pas encore tout vu en politique (ce qui est effectivement possible). Il donne son analyse du vote et tord la réalité en laissant entendre que sa victoire était certaine au second tour sans alliance qu’il a pourtant recherché au nom de la tradition (on peut légitimement penser que l’alliance de la liste Vergnier et de Guéret Terre de gauche a cassé toute dynamique d’un vote utile à droite qui aurait pu quitter le FN et rallier la candidature Thomas pour aller chercher Vergnier qui n’était pas à l’abri si nous nous étions maintenu). C’est cette certitude qu’il a d’abord recherché avec cet accord. Il faut lui reconnaître qu’il a été plus adroit en ce sens que bon nombre de candidat-e-s socialistes en France qui ont rejeté des accords de second tour et ont perdu leur mairie pour prix de leur arrogance idiote.

Il félicite l’opposition de droite qui gagne un siège passant de 4 à 5. Il sait que les élu-e-s du FN doivent leur présence à l’élection, les assure de son respect en tant qu’individus mais qu’il combattra leurs idées. Il a détesté ce qui était sous-tendu par le nom de la liste FN « Guéret ville française » pour ce qu’il portait de méconnaissance du passé de la ville et d’exclusion d’une partie de ses habitant-e-s. Il conclut en disant qu’il s’engage solennellement à travailler pour toute la population durant les 6 ans à venir.

Élection des adjoint-e-s

Le maire fait approuver à main levée le nombre des adjoint-e-s portés à 9 (maximum)

Il distribue une liste de sa proposition pour les adjoint-e-s et demande s’il y a en a d’autre (néant)

Ces derniers sont

  1. Eric Jeansannetas (PS) aux finances,
  2. Danièle Vinzant (PS) ville, famille, réussite éducative,
  3. Serge Cedelle (PS) travaux, logements, réseaux, marchés publics,
  4. Liliane Durand-Prudent (apparentée PCF) démocratie participative,
  5. Jean-Bernard Damiens (EELV) cadre de vie et urbanisme,
  6. Delphine Bonnin (PS) jeunesse et sports,
  7. Thierry Bourguignon (PS) école et conseil municipal d’enfants,
  8. Martialle Robert (PCF),

9/ David Gipoulou (Guéret Terre de gauche) lutte contre les exclusions et discriminations, diversité et prévention de la délinquance. [note de Guéret terre de gauche : après les négociations menées en toute transparence en présence de la presse France 3, France bleu, La Montagne et l'Echo, où Michel Vergnier a accepté le principe d'un groupe indépendant et de notre représentation proportionnelle à notre score du premier tour donné par nos 778 électeurs, il a mis comme condition notre participation à l'exécutif. Après discussion avec la liste, nous avons accepté à l'unanimité ce principe pour son caractère inédit à savoir la participation à l'exécutif d'un groupe indépendant.] De ce fait, nous avons voté la liste des adjoint-e-s proposée-e-s.

La liste a obtenu 29 voix (c’est à dire au-delà des élu-e-s de gauche) et il y a eu 4 votes blancs.

Michel Vergnier a fait état de la désignation immédiate de 2 délégués à la culture ,Christian Dussot (PS) et aux sports Hervé Jarroir (PS)

Il a ensuite laissé la parole aux groupes politiques, tout en rappelant en s’adressant au FN qu’il peut techniquement couper les micros des intervenant-e-s ce qui laisse un certain malaise.

FN

Martial Maume : discours national, opposition constructive, apprentissage de ce qu’être éluE donc modestie par rapport aux dossiers « techniques ». C’est un FN « soft » mais qui est en lien évident avec sa direction nationale. On ne fait pas de vague, on se la joue constructif. Le but est de s’en servir comme moteur pour les élections à venir.

Droite

Jean-François Thomas : discours totalement a-politique. Il félicite le maire et son équipe pour l’élection. Il rappelle un travail constructif avec le PS sur l’ancienne mandature, va continuer, est dans le technique pas dans le politique, la preuve, ils considèrent les travaux de l’agglo comme plus positifs car dénués de politique .(Alors que c’est certainement là qu’au contraire, tout ce joue). Se réserve juste quelques joutes verbales avec Vergnier, mais dans le « respect » …

Guéret Terre de gauche

Cécile Lemaigre, présidente de groupe :  discours tonique rappelant nos engagements de campagne à travailler sur les dossiers proposés (régie de l’eau, gratuité des transports, défense des personnels de la mairie contre la précarité et marquant notre opposition de gauche à la politique libérale du gouvernement et du président (lire la déclaration jointe). Michel Vergnier commente la question de l’eau en disant qu’on ne peut revenir dessus avant 2022 sauf à faire courir un risque financier à la ville (nous allons étudier le contrat en cours et par ailleurs il faut créer un courant d’opinion favorable au retour en régie publique) et prétend avec assurance qu’il n’y a pas de précarité chez les personnels de la ville de Guéret (c’est démenti par les faits signalés par les organisations syndicales – CDD, temps incomplets, etc… Nous savons ce que nous disons). Michel Vergnier s’attend à des séances animées.

PCF

Arnaud Vernier : ce groupe assure la maire que leur loyauté et leur soutien lui sont acquis et développe un discours où la contestation de la politique libérale du gouvernement est à peine évoquée alors que les député-e-s du Front de gauche ont décidé de ne pas voter la confiance. Ils vont se concentrer sur le social et la démocratie participative.

EELV

Jean-Bernard Damiens revient sur la séquence des municipales en disant  »que même les analystes les plus pointus ne pouvaient prévoir la débâcle » du PS et affidés ce qui est surprenant. Il salue les anciens élu-e-s, évoque la sortie du gouvernement d’EELV tout en rassurant en confirmant sa disponibilité pour être actif.

PS

Eric Correia est président de groupe. Discours assez politique et même critique sur le gouvernement dans l’analyse du vote des municipales à Guéret comme en France, avec beaucoup de contradictions toutefois, notamment dans le respect de la feuille de route de François Hollande, manifestement en contradiction avec les espérances du chef de file des élu-e-s socialistes municipaux. Hommage rendu  à Michel Vergnier et au bilan de la majorité sortante. Le fil rouge, c’est Vergnier-député qui défendra Vergnier-maire ou comment souligner que le cumul des mandats a du bon.

Le maire annonce que les conseils municipaux se tiendront désormais vers 18h30. Chaque responsable de groupe va recevoir la liste des commissions pour s’y répartir. Le prochain conseil municipal va les installer.

Prochain conseil municipal le mercredi 16 avril à 18h30. N’hésitez pas à y assister.

01_DavidGIPOULOUCécile Lemaigre03_PhilippeDHERON04_JennyCHARDAVOINE

Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 22:37

 

Cette fois c'est fait, et de bon augure ou pas, c'est la première à sortir. Cette liste que certain-ne-s ne croyaient pas pouvoir se monter est là. Une liste à l'image de terre de Gauche, politique (Front de gauche et Npa), diversifiée dans sa représentation des travailleurs bien entendu, intergénérationnelle, engagée politiquement, syndicalement, associativement, impliqués dans la vie de la cité sur des bases saines, rejetant le clientélisme, le cumul des mandats, les reniements politiques. Le Comité creusois du Parti de Gauche soutient cette initiative menée en tête de liste par notre camarade David Gipoulou et 6 autres camarades.

Son nom est déjà tout un programme : "Pour Bien Vivre à Guéret : L'Humain d'abord - Guéret Terre de Gauche". 

LOGO FOND CARRE FACEBOOK

Ces femmes et ces hommes sont le renouveau à gauche dont Guéret a besoin. Celles et ceux qui pensent être élu-e-s dés le premier tour alors qu'ils espéraient déjà que Guéret -Terre de Gauche n'existât pas risquent d'être trés, trés, trés surpris pour le plus grand bien de Guéret qui a grand besoin de changement à Gauche.

La liste sera annoncée au meeting du lundi 10 février 2014, en présence de nos soutiens nationaux Christine Poupin (NPA) et de Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche - Parti de Gauche). Venez-y nombreux et nombreuses, entrée libre qu'on se le dise.

Pensez à consulter souvent son site internet , sa page Facebook et dans le réèl, venez à la permanence de campagne située au 3 grande rue à Guéret

photo

 


Partager cet article
Repost0
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 22:34

Affiche PG JLM Guéret 10-02-2014

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 23:35
Cher-e-s ami-e-s, cher-e-s camarades,

cher-e-s concitoyen-ne-s

mesdames et messieurs les journalistes

la liste "Pour bien vivre à Guéret : L'Humain d'abord - Guéret Terre de gauche vous invite à participer directement à la discussion et à l'élaboration de parties du programme que nous défendrons lors des municipales à Guéret en 2014. Nous appelons ces assemblées citoyennes les "mardis du projet". Après la richesse des trois premiers rendez-vous qui se sont tenus sur les transports, la démocratie citoyenne et la politique urbaine et de voirie,  la prochaine assemblée se tiendra le14 janvier 2014. Ce sera la fin de ce premier cycle de rencontres.
photo
Le prochain "Mardi du projet" se tiendra le mardi 14 janvier 2014 de 18h30 à 20h30 à la permanence de campagne de notre liste au 3 grande rue à Guéret sur le thème :  "Bien Vivre" à Guéret.  Encore une fois venez en discuter avec nous. Une définition due donne Alberto Accosta nous invite à réfléchir "Le Bien vivre, en tant que nouvelle forme d’organisation de la société, implique l’expansion des potentialités individuelles et collectives, celles qu’il faut découvrir et encourager. Il ne faut pas développer la personne, la personne doit se développer elle-même. Pour réussir cela, comme condition fondamentale, chacun doit avoir les mêmes possibilités de choix, même s’il n’a pas les mêmes moyens."
Cela nous emmènera à réfléchir sur l'apport de la Culture pour tou-te-s dans la ville, l'importance du péri éducatif, quelle vision du sport, comment réaliser les "habitant-e-s associé-e-s, quel vivre ensemble voulons nous ? Quelles solidarités pouvons nous développer ? Comment concrétiser ?

Nous introduirons le sujet politiquement avec la participation de Laurence Pache, conseillère régionale creusoise du Limousin sur la liste "Limousin Terre de Gauche"

Cette soirée sera ouverte à la population et à des associations qui réfléchissent sur ces questions,  n'hésitez pas à en parler autour de vous, famille, ami-e-s, voisin-e-s et à y inviter des habitant-e-s curieux ou voulant contribuer aux projets municipaux.

un pot de l'amitié clôturera cette expérience concrète de démocratie citoyenne

Ce débat nous permettra d'établir des propositions argumentées pour notre ville et notre contribution à l'agglomération.

amicalement

David GIPOULOU 
tête de liste
06 17 92 72 64 ou 05 55 41 40 29 
contact@gueret-terredegauche.fr
compte twitter @DavidGipoulou

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 01:30
Cher-e-s ami-e-s , cher-e-s camarades,

cher-e-s concitoyen-ne-s

mesdames et messieurs les journalistes

la liste "Pour bien vivre à Guéret : L'Humain d'abord - Guéret Terre de gauche vous invite à participer directement à la discussion et à l'élaboration de parties du programme que nous défendrons lors des municipales à Guéret en 2014. Nous appelons ces assemblées citoyennes les "mardis du projet". Après la richesse des deux premiers rendez-vous qui se sont tenus sur les transports et la démocratie citoyenne,  les prochains se tiendront les 07 et 14 janvier 2014.
permanence éclairée
Le prochain "Mardi du projet" se tiendra le mardi 07 janvier 2014 de 18h30 à 20h, 20h30 à la permanence de campagne de notre liste au 3 grande rue à Guéret sur le thème : Quel projet urbain pour Guéret 2020, quelle politique en matière de voirie. Organiser la ville c'est organiser sa vie interne. Créer des espaces agréables, fonctionnels, du beau, des lieux que l'on aime fréquenter, où l'on apprécie de vivre, la mise en valeur du patrimoine, quelles évolutions, Quelle périphérie veut-on, comment entretenir et faire évoluer les réseaux… Encore une fois venez en discuter avec nous.

Nous introduirons le sujet politiquement et un architecte a bien voulu nous faire profiter de son expertise et contribuer techniquement à l'animation de ce moment, qu'il en soit remercié.

Cette soirée sera ouverte à la population et à des associations qui réfléchissent sur ces questions,  n'hésitez pas à en parler autour de vous, famille, ami-e-s, voisin-e-s et à y inviter des habitant-e-s curieux ou voulant contribuer aux projets municipaux.
un pot de l'amitié clôturera cette première expérience de démocratie citoyenne

Ce débat nous permettra d'établir des propositions argumentées pour notre ville et notre contribution à l'agglomération.

amicalement

David GIPOULOU
tête de liste
06 17 92 72 64
compte twitter @DavidGipoulou
intérieur local-copie-1
Partager cet article
Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 22:45
photo
Cher-e-s ami-e-s , camarades,
cher-e-s concitoyen-ne-s
mesdames et messieurs 
la liste "Pour bien vivre à Guéret : L'Humain d'abord - Guéret terre de gauche vous invite à participer directement à la discussion et à l'élaboration de parties du programme que nous défendrons lors des municipales à Guéret en 2014. Nous appelons ces assemblées citoyennes les "mardis du projet". Après la richesse du premier qui s'est tenu mardi dernier sur les transports, Ils se tiendront les 17 décembre 2013 et 07 et 14 janvier 2014

Le prochain "Mardi du projet" se tiendra le mardi 17 décembre 2013 de 18h30 à 20h, 20h30 à la permanence de campagne de notre liste au 3 grande rue à Guéret sur le thème de la démocratie citoyenne à ré inventer sur Guéret. Quels rôles à donner aux comités de quartier, budgets participatifs, comment les guérétois-e-s peuvent-ils continuer à garder le contrôle de la délégation donnée aux élu-e-s de la municipalité pour décider en leur nom, faut-il un référendum à mi mandat, comment faire participer concrètement aux décisions les habitant-e-s, quid d'un vrai centre social ? Quelle écoute des associations et syndicats… Autant de sujets majeurs pour une ville où le pouvoir de doit pas être abandonné aux seuls élus…
Cette soirée sera ouverte à la population et à des associations qui réfléchissent sur ces questions,  n'hésitez pas à en parler autour de vous et à y inviter des habitant-e-s curieux ou voulant contribuer aux projets municipaux.
un pot de l'amitié clôturera cette première expérience de démocratie citoyenne
Ce débat nous permettra d'établir des propositions argumentées pour notre ville et notre contribution à l'agglomération.
amicalement
David GIPOULOU
tête de liste
compte twitter @DavidGipoulou
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 22:44

 

Et le premier "mardi du projet" fut ! 24 personnes ont inauguré ce premier échange dans notre permanence électorale du 03 grande rue sur la politique des transports. Une introduction politique de haute volée de notre conseillère régionale Limousin Terre de Gauche Laurence Pache, secrétaire nationale du Parti de Gauche, un point de vue argumenté sur les circuits d'agglobus de notre camarade Vincent Vergeron qui connaît bien la route et une contribution au débat de nos amis de Guéret à vélo ont permis un débat riche, pluriel et argumenté sur l'intermodalité des transports dans Guéret. 

1461195_10202154408333465_141589162_n.jpg

Notre ouverture a même permis la discussion avec un membre d'une autre liste aux municipales, le débat, toujours le débat, encore le débat...

Une évidence, la prise de décision doit être celle de la population qu'il faut donc associer à tous les instants. 

Un compte rendu exhaustif de ce moment sera fait et affiché pour que d'autres en prennent connaissance. Il inspirera notre réflexion et notre projet pour Guéret 2020 !

A mardi prochain, le 17 décembre 2013 à 18h30 au 03 grande rue pour parler de la démocratie citoyenne, vaste sujet, à dépoussiérer sur Guéret urgemment !

photo.JPG

 


Cher-e-s ami-e-s, camarades, 

cher-e-s concitoyen-ne-s
la liste "Pour bien vivre à Guéret : L'Humain d'abord - Guéret terre de gauche vous invite à participer directement à la discussion et à l'élaboration de parties du programme que nous défendrons lors des municipales à Guéret en 2014. Nous appelons ces assemblées citoyennes les "mardis du projet". Ils se tiendront les 10 et 17 décembre 2013 et 07 et 14 janvier 2014
Le prochain "Mardi du projet" se tiendra le mardi 10 décembre 2013 de 18h30 à 20h, 20h30 à la permanence de campagne de notre liste au 3 grande rue à Guéret (prés de la préfecture) et aura pour thème : quelle politique des transports pour Guéret et l'agglomération du Grand Guéret. Transports doux, SNCF(Lyon Bordeaux), TER, secteurs piétonniers, autobus, vélo, fauteuils roulant, poussette, rolliers, skate… Gratuité, écologie,accessibilité aux personnes à mobilité réduite, … seront des sujets abordés avec une introduction de Laurence Pache conseiller régionale du Limousin, secrétaire nationale du PG à l'aménagement du territoire et aux transports.
Cette soirée sera ouverte à la population et à des associations qui réfléchissent sur ces questions, le collectif creusois de défense et de développement des services publics, "Guéret à vélo", etc… N'hésitez pas à en parler autour de vous et à y inviter des habitant-e-s curieux ou voulant contribuer aux projets municipaux.
un pot de l'amitié clôturera cette première expérience de démocratie citoyenne
J'espère qu'une discussion riche nous permettra d'établir des propositions argumentées pour notre ville et notre contribution à l'agglomération.
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 23:55

pg 23 - FDG - LTG

 

 

Manifeste pour les municipales en Creuse

 

Ce texte complète le programme du Parti de Gauche pour les élections communales et intercommunales de 2014. Il a pour but d'analyser le contexte dans lequel s'inscrivent ces élections municipales et de définir la stratégie qui nous semble efficace pour contribuer à porter « l'Humain d'abord » afin d’agir dans une perspective écosocialiste dans nos communes. Il est le document politique sur la base duquel nous engageons les discussions avec nos partenaires sur les élections municipales.

 

I/ Un contexte national :

 

a) « le changement » n'est pas au rendez-vous :

Un an de gouvernement et de présidence Hollande et déjà que de renoncements politiques constatons nous ! Il a fallu entrer en résistance dès l'adoption du TSCG « Traité Merkozy, devenu MerkHollande » en l'état malgré les promesses de renégociations du président de la République. Avec régularité, les reniements se succèdent alors sous l'influence remarquée du MEDEF. La politique économique est clairement libérale et s'inscrit dans la lignée « austéritaire » de celle de Nicolas Sarkozy et des gouvernements interchangeables de droite ou sociaux-libéraux européens. L'économie est compressée sur le plan macro économique. Les salaires du public n'augmentent pas depuis 3 ans, le smic est ridiculement rehaussé de 3 centimes par jour, les retraité-e-s sont ponctionné-e-s. Le budget 2013 a entériné un plan d'austérité qui handicape l'activité française et n'organise pas la justice fiscale nécessaire. Les collectivités locales ne sont pas épargnées. L'ex RGPP devenue MAP continue de supprimer des postes dans la fonction publique. Des milliers d'emplois sont détruits dans le privé, le chômage atteint des sommets et la majorité PS-EELV-PRG vote l'Accord National Interprofessionnel, largement inspiré par le Medef en provoquant une cassure syndicale et en rejetant les alertes de ses éléments les plus avertis et mobilisés que sont le bloc CGT/FSU/FO/SOLIDAIRES. Récemment, les annonces sur la réforme des retraites et le renoncement à encadrer les salaires des grands patrons, misant sur l'auto contrôle et  le code de bonne conduite du Medef, complètent un tableau bien vermoulu. Les creusois-e-s ne sont pas épargné-e-s dans la vie de tous les jours, comme dans les villes où ils et elles résident. Rappelons que selon l'INSEE, la Creuse comptait 19,4 % d'habitant-e-s pauvres à la fin de l'année 2012 :19,3 % habitent en zone rurale et 20,1 % en ville. 

 

b) La gauche PS-EELV-PRG au pouvoir :

Elle démontre largement que beaucoup de promesses mensongères ont été proférées durant les campagnes présidentielles et législatives de 2012 et qu'il aurait mieux valu se doter d'un président porteur de « l'Humain d'abord » et d'une majorité législative pour l'appliquer. Hélas, la conversion libérale, largement répandue dans la social-démocratie européenne n'épargne plus le PS. Moscovici, Cahuzac, Valls, Ayrault, Hollande en sont les promoteurs. S'il faut donner  du crédit au gouvernement d'avoir mené la loi du « mariage pour tous », en dépit d'une forte opposition du peuple de droite et d'extrême droite, cette mise en avant de ce sujet sociétal sans être accompagnée des changements sociaux nécessaires à l'échelle de la Nation a pu fragiliser sa portée auprès d'une population qui attendait le gouvernement sur tous les sujets qui la préoccupent. L'abandon du non cumul des mandats et du vote des résident-e-s étranger-e-s aux élections locales constitue des renoncements d'importance.

 

Sur le plan militant, l'enterrement de première classe réservé à la proposition de loi du Front de Gauche d'amnistie des militant-e-s touché-e-s par la criminalisation de l'action syndicale ou associative sous Sarkozy est un camouflet pour les associations citoyen-ne-s et les syndicalistes que nous ne sommes pas prêts d'oublier.

 

Sur le plan écologique, les renoncements sur le nucléaire et l'obstination aveugle de Jean-Marc Ayrault sur le grand projet inutile d'aéroport à Notre Dame des Landes (NDDL), « Larzac » du 21° siècle, les menaces qui pèsent avec l'exploitation des gaz de schiste, traduisent encore une fois l’abandon de ce gouvernement d’une réelle volonté de planification d'une transition écologique.

 

Le projet de décentralisation du gouvernement dit « acte 3 » porte en germe l'affaiblissement des communes au profit des métropoles. Censé rendre l’action publique plus efficace, ce mille-feuille territorial risque d’être plus lourd à digérer. La compétitivité entre les territoires sera privilégiée au détriment d’une nécessaire solidarité. Dans les départements, précisément en Creuse le redécoupage des nouvelles circonscriptions cantonales passant de 27 à 15 (30 élu-e-s à parité) essaie d'entériner une forme de bipartisme.

 

Sur le plan de la mondialisation libérale, le président Hollande et le gouvernement  Ayrault engage la France dans les discussions européennes du Grand Marché Transatlantique (Union Européenne et ALENA - accord de libre échange nord américain) en se glorifiant d'avoir soustrait le seul volet culturel du mandat du négociateur européen.

 

La position sur les retraites, esquissée par le rapport Moreau, vise les mêmes objectifs réguliers depuis 1995, 2003, 2010 sous des gouvernements de droite qui sont : la réduction du montant des retraites, l'allongement de la durée de cotisation, le recul du départ à la retraite et le transfert aux appétits des fonds de pension signant la fin du régime par répartition. Les ténors du PS sont à la manœuvre dans les médias et au gouvernement, ministres ou responsables sont même décevants comme les positions d'Henri Emmanuelli ou de Benoît Hamon. Alors même qu'ils avaient surfé sur la déferlante des mobilisations sociales, soutenues par l'opinion, oser la mise en œuvre d'une telle mesure serait un acte de parjure et une déclaration de guerre sociale aux français-e-s que nous devrions combattre avec la plus grande énergie aux côtés de la population. La conférence sociale de juin 2013 sera déterminante.

 

 Une minorité du PS dans la gauche de l'appareil est active principalement autour du courant « maintenant la gauche » d'Emmanuel Maurel, Marie-Noelle Lienemann, Gérard Filoche mais sans pouvoir à aucun moment renverser la vapeur. Ils se trouvent de fait réduits à un témoignage nécessaire mais impuissant. Il faut noter la tiédeur du courant de Benoît Hamon, ministre, « Un monde d'avance » empêtré dans une logique interne d'alliance majoritaire, tout comme Arnaud Montebourg. Les parlementaires creusois-e-s, tou-te-s du PS, n'ont guère brillé par leur respect des engagements, puisque les deux sénateurs Renée Nicoux, sénatrice, maire de Felletin et Jean-Jacques Lozach sénateur- président du conseil général de la Creuse ont tout voté (traité européen, ANI, budget d'austérité..) et Michel Vergnier s'est contenté de ne pas sièger lors du vote du TSCG et de s'abstenir sur l'ANI... Il aurait mieux valu pour la Creuse élire la candidate Limousin Terre de Gauche à l'Assemblée Nationale, que l'actuel député maire de Guéret président de la communauté d'agglomération qui s'est ainsi de fait, parce qu'il a défendu victorieusement le programme du PS, associé à ce renoncement spectaculaire.

 Quelques militant-e-s socialistes et plus encore de sympathisant-e-s témoignent ouvertement de leur sentiment de trahison vis à vis de leur chefs. La récente convention Europe de ce parti souligne par les excès de sa direction, son caractère non démocratique. Présent-e-s sur le terrain nous avons rencontré de nombreux électeurs de gauche qui, se sentant trahis, optent pour l'abstention et tous les scrutins partiels qui ont eu lieu depuis les législatives s'apparentent à des votes sanction contre le parti au pouvoir.

 

La terrible crise morale que mettent en évidence les affaires Cahuzac, Tapie, Guéant ébranle notre système démocratique que la 5° République du coup d'Etat permanent a fragilisé en diminuant le contrôle parlementaire et en bloquant le contrôle citoyen. C'est le sens de notre engagement entier pour un processus constituant vers une 6° République que nous voudrions démocratique, écologique et sociale. Ce processus lancé durant la campagne présidentielle de 2012, renforcé par la manifestation du 05 mai dernier doit aboutir à la prise de conscience populaire que la révolution citoyenne est la condition nécessaire de la transformation démocratique de la société.

 

Si EELV reste toujours cette auberge espagnole où d'authentiques libéraux côtoient de réel-le-s éco socialistes, il faut noter que le parti écologiste globalement solidaire du gouvernement, a su se positionner régulièrement en mouche du coche. L'avertissement de son dernier conseil fédéral national du 25 mai demandant un changement de cap et nos luttes communes à NDDL ainsi qu’une vision partagée de l'intérêt général écologique, nous font penser que ce parti n'est pas aussi embourbé que le parti leader de la coalition sociale libérale.

 

c) Le Front de Gauche en opposition à la politique libérale :

Le Front de Gauche s'est élargi encore et s'est donné le 28 janvier 2013 une boussole avec le texte d'orientation stratégique « imposer une alternative à l'austérité ». 

Il s'est clairement placé en opposition avec la politique libérale du gouvernement s'estimant trahi bien qu'ayant contribué à chasser la droite Sarkoziste du pouvoir. 

 

Mobilisations populaires et massives :

Manifestation de 80 000 personnes à Paris le 30 septembre 2012 contre l'austérité organisée au niveau européen avec le TSCG. 180 000 personnes, dont une mobilisation creusoi-e-s plus forte que lors de la campagne de 2012, se sont rassemblé-e-s pour manifester de Bastille à Nation le 05 mai 2013 à l'appel du Front de Gauche. Pour la première fois, sous un gouvernement de gauche, une force politique de gauche est capable de rassembler massivement entrainant d'autres organisations: le NPA, une partie d'EELV dont Eva Joly, candidate verte à l'élection présidentielle,  des syndicalistes. Lors des répliques des 1 et 2 juin des milliers de personnes se sont joints à des rassemblements et manifestations dans plus de 50 villes de France. Le Front de gauche assume de fixer un marqueur fort pour démontrer que d'autres politiques sont possibles à gauche et éviter la désespérance de nos concitoyen-ne-s qui pourraient penser que la trahison de l'actuel principal parti à gauche qu'est le PS signifie le renoncement de la gauche toute entière. La portée de ces manifestations, des grands meetings de Metz, de Rennes, le porte parolat de notre candidat commun aux présidentielles Jean-Luc Mélenchon contribuent à éviter l'amalgame qui pourrait être désastreux pour toute la gauche.

 

Le Parti de Gauche, lors de son congrès de Bordeaux s'est donné des objectifs de transformation écosocialiste par la révolution citoyenne. C'est cet objectif stratégique qui consiste en la mutation sociale, démocratique et écologique de notre République à tous les échelons que nous poursuivons et que nous avons à l'esprit dans cette nouvelle séquence électorale. Les municipales, par leur ampleur et leur portée démocratique à l'échelle de la société vont être l'occasion de mettre en œuvre nos ambitions à gauche pour le pays et notre département doit y prendre toute sa place.

 

II/ Le Parti de Gauche porteur de radicalités concrètes au service d'un projet écosocialiste

 

a) Changer la vie politique en Creuse 

 

La Creuse a besoin de la solidarité nationale républicaine. Sur ce point, on peut constater que le désengagement progressif commencé par la droite a été poursuivi par le PS, dans le mépris d'un territoire qui leur a électoralement fait confiance. Le Budget 2013, comme la MAP, voté par les parlementaires creusois-e-s tou-te-s membres du PS va dans le même sens que la ratification du Traité européen TSCG : l'austérité n'épargnera donc ni les familles, ni les collectivités locales ni les agents économiques (pme, commerçants,..). Les marges de manoeuvre continuent d'être rabotées et les collectivités asphyxiées. Or ces budgets locaux sont de plus en plus sollicités pour répondre aux besoins grandissants qui découlent de la politique nationale et de leur non prise en compte par l'Etat via des transferts en moyens directs ou indirects. Chômage, misère, précarité, ou éponger parfois la hausse du coût de la vie, gaz, électricité, aides alimentaires, cantines scolaires tel est le quotidien des espaces de solidarité que représentent les communes dans un département où la pauvreté rurale est forte (6° département le plus pauvre de France) et cela affecte notamment les personnes âgées avec de petites retraites ou des chômeurs et salarié-e-s isolé-e-s quant au trajet domicile travail. 

Les élu-e-s sont souvent rendus à une impuissance relative. Certain-e-s ne font d'ailleurs rien pour arranger les choses. Le cumul des mandats en nombre et dans le temps a conforté des baronnies locales, où les services semblent gouverner à la place d'élu-e-s débordé-e-s, qui ont tendance à privilégier les effets d'affichage inutiles et clientélistes. Cette mauvaise pratique, confortée par la décentralisation et aggravée par l'absence de cap politique bien déterminé, se partage assez entre élu-e-s de droite ou PS.

 Le transfert au privé d'activités que le service public communal pourrait prendre en charge à moindre coût pour les usager-e-s est devenu une règle qui traduit la courte vision des politiques locaux à savoir : le manque de confiance dans les femmes et hommes qui concourent au service public, en dépit de beaux discours, et une absence de prise en compte de ce que disposer d'outils de service public peut concrètement apporter à l'amélioration de la vie de tous les jours dans nos communes et dans le département. L'intérêt général se perd en Creuse, où chaque portion du territoire est progressivement livrée à elle même sans qu'une solidarité départementale soit revendiquée avec le Conseil Général, et les villes Préfecture et sous préfectures Guéret, Aubusson et La Souterraine en fer de lance. 

 

La Région Limousin, à majorité PS également, réduit son intervention à du saupoudrage, en accompagnant plutôt la tentative de métropolisation (à petite échelle) de Limoges et de Brive dans l'esprit de l'acte 3 de la décentralisation. Avec l'absence de politique d'intérêt général c'est, en plus du problème social, une absence de vision sur l'emploi, la jeunesse et les politiques écologiques. 

A dire vrai, le paysage idéologique est si fade, sorti des querelles de personnes qui tiennent lieu de débat démocratique le plus souvent, qu'on est en peine de distinguer ce qui fait la différence entre de la gestion correcte de gauche et de la gestion correcte de droite qui apparaissent ainsi relativement interchangeables.

 

D'une manière générale, le processus démocratique ne fonctionne pas bien. Avec le cumul des mandats et des dérives clientélistes, la décentralisation n'a pas rapproché les citoyen-ne-s de la démocratie locale en Creuse; au contraire, elle a localisé la concentration des pouvoirs.

 

Bien évidemment il existe des exceptions, des élu-e-s qui tentent d'inverser la tendance, nous pouvons constater une population citoyenne disponible, éduquée, prête à agir pourvu qu'on la laisse décider vraiment. 

 

Notre gauche devra être exemplaire pour redonner confiance aux habitant-e-s de nos communes.

 

A ce sujet, il faut souligner l’exemplarité de Limousin Terre de Gauche, regroupant le Front de Gauche, le NPA, des associations et syndicalistes. Ce groupe politique original résulte de l’intelligence des femmes et des hommes qui ont permis sa réalisation lors des régionales de 2010.

Ils ont été exemplaires tout d’abord dans la solidarité au moment de la phase électorale face au « diktat » des élus PS lors des discussions de 2° tour des régionales et ont obtenu prés de 20 % des suffrages.

 Ils le sont dans le travail sérieux qu’ils accomplissent en préalable à tout vote. En effet, les dossiers sont étudiés sur le fond et sont soumis au « test de conformité » par rapport à la ligne directrice du programme politique sur lequel ils ont été élu-es.

Ils rendent compte aux citoyen-ne-s régulièrement et ils expliquent leurs votes.

Ils sont respectueux des approches différenciées qu’ils peuvent avoir sur certains dossiers.

Enfin, ils ont permis de mettre un terme à une certaine forme de division de la gauche, division qui était fréquemment reprochée par nombre d’électeurs.

Limousin terre de gauche est une force politique d’avenir qui peut se décliner sur tout le territoire et qui correspond aux attentes de la population. Elle a largement été commentée et appréciée à l'échelon national. Le PG national l'a souvent prise en exemple. 

La permanence de cette alliance a été conservée aux cantonales de 2011, aux législatives de 2012, en dépit des Cassandre qui comptaient sur sa disparition. Les résultats électoraux qui ont largement dépassé les références d'avant 2008 pour cette gauche là, témoignent d'une attente des citoyen-ne-s qu'il ne faut pas décevoir.

 

b) radicalités concrètes et écosocialisme : La ville habitée 

 

Nos engagements porteront de manière explicite sur la mise en oeuvre d'un projet écosocialiste qui respecte l'humanité et l'environnement où elle évolue. Nos élu-e-s s'engageront à penser globalement pour agir  localement.

✓ préparer localement le processus constituant pour la contribution à la 6° République 

✓ régies publiques recherchées comme principal outil de gestion avec une priorité de reconquête de l'eau, patrimoine commun et bien fondamental que l'on doit impérativement sortir des griffes du profit. Des mesures seront prises pour rendre gratuits les mètres cubes nécessaires à la vie et pour créer enfin une solidarité départementale et régionale sur ce sujet.

✓ Faire de nos villes des lieux de résistance à l'austérité gouvernementale, notamment en activant tous les moyens pour soulager les habitant-e-s et par des prises de positions politiques.

✓ des villes écologiques, avec recyclage, lutte contre le gaspillage, éco quartiers développement des transports doux (vélos, piétons, poussettes,…)

✓ l'adaptation concrète de l'environnement municipal aux situations de handicap en menant campagne pour que l'Etat assume le financement.

✓ le développement des transports ferroviaires et publics avec recherche de la gratuité.

✓ démocratie impliquant la participation active des creusois-e-s, comportant des  débats citoyen-ne-s, possibilités de consultations directes et de référendum locaux pouvant rejeter des projets, budgets participatifs. 

✓ exemplarité des élu-e-s, garantie de l'égal accès de tou-te-s aux emplois publics, non cumul des mandats exécutifs, engagement de comptes rendus systématiques.

✓ penser l'intercommunalité comme une solidarité et constituer des groupes politiques pour porter nos mandats,

✓ redistribution de l'impôt local : vivre ensemble et solidaire. Gratuité, quotient familial, taux d'effort, conforter les associations, les syndicats, interdire la vidéo surveillance, rejet de "voisins vigilants" et de la biométrie.

✓ une politique pour la jeunesse, notamment les jeunes adultes.

✓ défense et développement de la laïcité

✓ services publics locaux au services de l'émancipation des citoyen-ne-s et de la solidarité

✓ une réflexion sur la vie douce, le bien vivre, avec la mise en oeuvre d'indicateurs  permettant d'apprécier le bonheur urbain…

✓ vivre ensemble, aider à la solidarité intergénérationnelle, accueillir les migrant-e-s dignement.

 

C) stratégiquement le parti de gauche propose au Front de Gauche:

 

la clarté politique suppose une autonomie au premier tour vis à vis du PS qui soutient la politique gouvernementale, sauf si le Front de Gauche ou LTG mène la liste municipale. Etre candidat-e dans cette période trouble et dangereuse pour la République c'est donner à voir qu'une autre politique est possible au national comme au local. Nous sommes candidat-e-s à exercer concrètement le pouvoir.

le parti de gauche agira pour renouveler l'expérience de Limousin Terre de Gauche, ouverte aux citoyen-ne-s engagé-e-s, aux syndicalistes. 

Nous rechercherons des alliances avec les partis compatibles avec l'éco socialisme, NPA, EELV, sur la base de la lutte contre les politiques d'austérité.

A l'issue du premier tour les citoyen-ne-s auront déterminé par leur vote un rapport de force démocratique que nous respecterons. Sans sectarisme, nous pourrons discuter sur des bases politiques claires au second tour en excluant tout compromis purement électoraliste et coalition avec la droite. Il y aura accord si les conditions politiques le permettent et il n'y en aura pas dans la situation contraire. Dans tous les cas nous serons en situation de groupe autonome, indépendant de toute solidarité budgétaire contraire à nos objectifs. Cette discussion concernera aussi les politiques de communautés de communes et communautés d'agglomération…


Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 21:46

Communiqué de presse du Parti de Gauche

 

60 premières villes pour une autonomie rassembleuse et conquérante

Le 3ème congrès du Parti de Gauche a confirmé la stratégie d’autonomie rassembleuse et conquérante. Elle s’exprimera dans les deux échéances électorales de 2014, municipales et européennes.

C’est pourquoi le Parti de gauche travaille dès maintenant à la concrétisation de cette stratégie lors du scrutin municipal partout où c’est possible en France.

Dans les semaines à venir, dans toutes les grandes villes pour commencer, le PG va localement prendre contact avec ses partenaires du Front de Gauche et tous ceux qui, à gauche, refusent la politique d’austérité du gouvernement, pour avancer sur ces listes.

 

D’ores et déjà, en comptant sur ses forces et ceux de ses partenaires qui se sont déjà montrés disponibles pour cela, il a établi une première liste de 60 villes qui répondront à cette ambition. Parmi elles les dix plus grandes villes française et déjà 17 des 21 capitales régionales.

 

 

index

 

Alsace : Strasbourg
Aquitaine : Bergerac, Périgueux, Bordeaux
Auvergne : Clermond-Ferrand
Basse-Normandie : Lisieux, Caen, Cherbourg, Saint Lô
Bourgogne : Dijon, Nevers, Macon
Bretagne : Rennes, Lorient
Centre : Tours
Champagne-Ardenne : Reims, Chaumont
Franche-Comté : Besançon, Dole, Lons le Saunier
Haute Normandie : Rouen
Île-de-France : Paris, Montreuil, Argenteuil, Cergy, Evry, Massy, Corbeil Essonne, Clichy–La Garenne
Languedoc-Roussillon : Nimes, Montpellier
Limousin : Limoges
Lorraine : Nancy
Midi-Pyrénées : Rodez, Toulouse, Colomiers, Tarbes
Nord-Pas-de-Calais : Lille
Pays de la Loire : Nantes, St Nazaire, Angers, La Roche S/Yon
Picardie : Soissons, St Quentin, Beauvais
Poitou-Charentes : Cognac, Poitiers
Provence-Alpes-Côte d’Azur : Marseille, Aix-en-provence, Avignon, Toulon, Nice, Cannes, Gap
Rhône-Alpes : Lyon, Villeurbanne, Grenoble, Chambéry, Annecy, Saint Etienne

Partager cet article
Repost0