Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rendez vous

                               

 

Recherche

Adhérer au PG ?

 

 
Nous contacter ?

 
BP 80152 -  23004 GUERET CEDEX



06 17 92 72 64



 

 


tract-campagne-adhesion.jpg

Archives

Tracts du PG

 

http://www.lepartidegauche.fr/system/images/inline/126x175x250xNxABasAusteriteOctobre2012.jpg,Mic.HSEBIr6pxM.jpg.pagespeed.ic.vWOK3CEsVv.jpg

26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 18:54

PAR JEAN-LUC MELENCHON (cf son blog en cliquant sur le lien)

 

ENFIN UNE DECLARATION COMMUNE DE L’AUTRE GAUCHE POUR SOUTENIR LA MOBILISATION SOCIALE ET FAIRE DES PROPOSITIONS !


Ce que vous pouvez lire après cette introduction n’est surement pas de la grande littérature. Mais c’est un texte qui fera date dans l’histoire de "l’autre gauche". A partir d’une invitation émanant du NPA un texte a pu être discuté (longuement…) et adopté par une série d’organisations politiques. Elles entrent ainsi ensemble dans le soutien à la mobilisation du 29 janvier prochain et à celles qui suivront.

Il s’agit de l’Alternative Démocratie Socialisme (ADS), Alter-Ekolo, Alternative Libertaire (AL), Association des Communistes Unitaires (ACU), Coordination Nationale des Collectifs Unitaires pour une alternative au libéralisme (CNCU), Les Alternatifs, Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti Communiste Français (PCF), Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) et le Parti de Gauche (PG)


C’est la première fois, depuis bien longtemps, qu’un appel commun regroupant cet arc de force n’a pas été possible. De plusieurs façons c’est même la première fois. Il y a plus encore. Les mêmes ont décidés de se retrouver au lendemain de la rencontre des huit centrales syndicales qui suivra la mobilisation du 29 janvier. Je crois important de souligner que ce texte est dans l’esprit qui anime celui des centrales syndicales. Ce n’est pas une vague invitation assortie de quelques pauvres slogans. Il s’agit en quelque sorte d’une plateforme. On comprend tous les dégagements que cela peut ouvrir. Dans ces conditions je crois que je peux dire à mes lecteurs que cela implique que cela vaut la peine d’en assurer une large, très large diffusion. Avant, pendant et après les manifestations du 29 janvier.

 

                          Voici le texte de cette déclaration:


CE N’EST PAS A LA POPULATION DE PAYER LA CRISE

Les classes populaires sont durement touchées par la crise. L’inquiétude pour l’avenir grandit. La politique du pouvoir est plus que jamais au service des privilégiés. L’heure est à la riposte. Les organisations signataires de cet appel défendent des propositions pour une autre politique, et s’engagent dans le soutien et la participation aux mobilisations, notamment à la journée interprofessionnelle de grèves et manifestations du 29 janvier.


En deux mois, le nombre de chômeurs a augmenté de plus de 100 000. Dans les entreprises privées, sous couvert de crise, les plans de licenciements se multiplient et le chômage partiel touche des secteurs entiers. Les intérimaires et l’ensemble des précaires sont touchés de plein fouet. La remise en cause des droits des chômeurs continue. ?Au nom de la lutte contre « les déficits », le pouvoir a réduit les budgets publics, a privatisé, mis en concurrence « libre et non faussée » les services publics. C’est un véritable plan de mutation libérale et de privatisation qui s’accentue avec les suppressions d’emplois publics.

Le gouvernement il y a encore quelques mois nous annonçait que « les caisses sont vides ». Depuis il a trouvé des centaines de milliards (plus de 428 milliards d’euros) pour sauver les banques, assurances et autres organismes financiers. Les divers « plans de relance » ici et là dans le monde n’ont qu’un seul objectif: maintenir les profits des grands groupes capitalistes. La crise est une crise européenne et mondiale. Dans ce contexte, nous devons également nous mobiliser pour une Europe sociale, écologique, démocratique, féministe.

Des résistances existent ! Des salarié-e-s se mobilisent contre les licenciements, organisent des manifestations avec le soutien de la population. Les mouvements dans l’Education Nationale, notamment des lycéen-ne-s et de leurs professeur-e-s montrent qu’il est possible de faire reculer ce gouvernement. Des familles mal-logées ou sans logis se battent pour l’application de la loi de réquisition des logements vides. Les salarié-e-s sans papiers poursuivent la lutte pour leur régularisation. Nous sommes parties prenantes de toutes ces résistances et nous nous inscrivons dans les prochaines mobilisations de janvier, Education Nationale le 17, Santé et Hôpital Public le 24, grève interprofessionnelle et manifestations de masse du 29 janvier.
Une autre politique est possible, en s’attaquant aux profits et à la spéculation financière, en remettant en cause la rémunération du capital. Il faut donner la priorité aux salaires et aux droits sociaux, mettre à contribution les profits et les dividendes versés aux actionnaires, en remplaçant le « bouclier fiscal » pour les privilégié-e-s et les spéculateurs par le bouclier social permettant au plus grand nombre de vivre mieux.

Nous exigeons l’augmentation des salaires, du SMIC, du minimum vieillesse et des minima sociaux. Nous proposons l’annulation du paquet fiscal de l’été 2007; une redistribution du budget de l’Etat pour répondre aux besoins sociaux et développer les services publics à tous les niveaux; une réforme de la fiscalité afin que les entreprises ne puissent plus, comme aujourd’hui, privilégier la spéculation au détriment de l’emploi et des conditions de travail.

Nous nous opposons aux licenciements, exigeons le droit de veto suspensif des salarié-e-s sur les licenciements. Nous exigeons le maintien du contrat de travail, le maintien de l’intégralité des revenus et des droits des salariés mis au chômage technique.

Nous réaffirmons le principe du CDI comme référence du contrat de travail dans le privé et de l’emploi statutaire dans le public. Nous défendons les reprises autogestionnaires d’entreprises par les salarié-e-s. Nous refusons toute aide publique aux entreprises qui licencient.

Nous agissons pour la suppression des paradis fiscaux, pour une appropriation publique du système de crédit permettant une autre politique d’investissement au service de l’emploi, du logement social, des services publics et de projets prenant en compte l’urgence écologique.

Nous voulons remettre en cause le pacte de stabilité et les directives européennes de privatisation; agir pour un nouveau type de développement; pour combattre toutes les formes de discrimination qui affectent le champ social;  pour créer des emplois utiles sur le plan social et écologique. Nous proposons de dégager les moyens nécessaires à des objectifs de production économes en termes d’énergie et producteurs d’emplois notamment dans le domaine de l’environnement, des transports collectifs, du secteur des énergies renouvelables et du soutien à l’agriculture paysanne.

Nous voulons rompre avec les logiques financières développées par l’Union européenne et ses institutions, en particulier la Banque centrale européenne.

Nous refusons les suppressions d’emplois dans le secteur public, exigeons l’annulation des 30.000 suppressions de postes décidés, le retrait de la privatisation de la santé (loi Bachelot), la création d’emplois socialement utiles (Santé, l’Ecole, Poste, Recherche, et de nouveaux services publics, du logement, de la petite enfance, etc.) Nous agissons pour la réduction du temps de travail sans flexibilité ni annualisation avec embauches correspondantes.


Les grèves et manifestations comme celle du 29 janvier expriment
les colères et amplifient les luttes. Une riposte populaire d’ensemble est urgente. Nous nous engageons à mettre toutes nos forces au service de la convergence des luttes contre les licenciements, la vie chère, le chômage et la précarité, et pour la défense et l’élargissement des services publics. C’est le moment!

LE 29 JANVIER 2009 A GUERET : ASSEMBLEE GENERALE A LA MAIRIE 9h30 ET MANIFESTATION A 11h DEPUIS LA MAIRIE

 

 


Partager cet article
Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 07:15
Le Comité Creusois du Parti de Gauche organise deux réunions publiques cette semaine.

- La première à Aubusson le mercredi 14 janvier 2009 à 18h30 dans la salle de la Bourse du Travail.
- La seconde à Guéret le vendredi 16 janvier 2009 à 18h30 dans la grande salle de la Mairie.
 
Lors de ces réunions aura lieu une présentation du Parti de Gauche, sur son organisation, ses objectifs, ses orientations politiques, son fonctionnement etc. ... 
Cette présentation sera suivi d'un débat échange avec le public sur les sujets d'actualités et les solutions que le PG souhaite apporter.


Venez nombreux

Nous n'avons pas le droit de nous résigner, nous devons reprendre notre avenir en main.



 
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 18:10


Après 46 900 demandeurs d'emplois supplémentaires en octobre, c'est maintenant 64 000 de plus  en novembre, la plus forte augmentation mensuelle du chômage depuis mars 1993. Et cette augmentation ne compte pas encore les nombreux plans de licenciements annoncés ces dernières semaines mais non encore réalisés. C'est dire la gravité de la situation.

De nombreuses entreprises - même en bonne santé - reprennent leurs habitudes antérieures comme si de rien n'était : les suppressions d'emplois, le non-renouvellement des missions d'intérim, sont toujours le levier utilisé par le patronat pour maintenir ou augmenter les profits des actionnaires. Sans compter les entreprises qui mettent leurs salariés en chômage partiel et leurs sous-traitants en difficultés.

Face à l'ampleur de la crise, le plan Sarkozy annoncé le 4 décembre est particulièrement indigent. Il n'est pas à la hauteur et se trompe de remède. Les 11,5 milliards de remboursements anticipés de quelques mois des dettes de l'Etat aux entreprises et l'avancement des 10,5 milliards d'investissements déjà décidés et dont tous ne pourront pas démarrer en 2009 ne changeront pas grand chose à la situation économique. Sur les 26 milliards d'euros annoncés, il n'y en a donc que 5 à 7 (soit 0,25 à 0, 35 % du PIB) que l'on peut considérer comme soutenant l'activité dès 2009. On est très loin des 5 % du PIB des plans américains ou chinois. Sarkozy n'a pas pris la mesure de la crise.

Pire, rien n'a été prévu pour soutenir la demande par l'augmentation du pouvoir d'achat. Quel contraste avec les 15 milliards du « paquet fiscal » qui bénéficient principalement aux riches. Comment dans ces conditions les entreprises embaucheraient-elles si la consommation est en berne et les carnets de commandes vides ? Et la mesure gouvernementale toujours en vigueur  de libéralisation des heures supplémentaires aggrave les choses en diminuant les possibilités d'embauche. Quant au patronat, il continue de réclamer la baisse de ses cotisations à l'assurance-chômage alors que le nombre de chômeurs s'accroît !

Ça suffit comme ça ! Il faut résolument changer de cap ! La mobilisation doit se développer pour obliger le gouvernement à prendre des mesures en faveur des salariés, des retraités, des chômeurs.
Exigeons un BOUCLIER SOCIAL qui protège le plus grand nombre !

A cet égard, la journée de grève et de manifestations du 29 janvier à l'appel de toutes les organisations syndicales revêt une importance particulière et le Parti de Gauche lui apporte tout son soutien pour une mobilisation massive.

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 20:26

Notre identité

 

La création du Parti de Gauche (PG) répond à la nécessité de redonner des perspectives à la Gauche. Il s’agit d’apporter des réponses à la crise du capitalisme et à la catastrophe sociale, écologique et  démocratique qu’elle entraîne en changeant radicalement de société. Le PG est un outil pour battre la droite et conquérir la majorité politique autour d’un programme républicain de dépassement de la logique capitaliste.

Le PG propose la République Sociale fondée sur la souveraineté populaire. Il promeut une politique écologique basée sur un autre modèle de développement économique, social, environnemental à l’opposé du modèle productiviste.

Bien que nouveau Parti, le PG se nourrit des cultures politiques issues du socialisme historique, de l’histoire des luttes ouvrières et syndicales et des révoltes populaires, de l’apport des combats féministes, antiracistes, écologistes, laïques et alter mondialistes. Mais il est surtout un parti tourné vers l’avenir, conscient de la nécessité de réinventer la gauche.

 

La société que nous voulons



Nous voulons l’émancipation globale de la personne humaine. Le capitalisme nous entraîne dans des bouleversements économiques, sociaux, politiques et écologiques dangereux pour l’avenir de l’humanité.

En détruisant l’écosystème c’est l’humanité elle-même qu’il menace. En recherchant toujours plus de profit pour quelques-uns, il entraîne l’appauvrissement et le creusement des inégalités. En affaiblissant les moyens publics d’intervention économique, de solidarité et de redistribution, il veut substituer le client au citoyen, le contrat à la loi, la différenciation des droits au principe d’égalité et aux exigences de l'intérêt général. Pour atteindre l'objectif d'émancipation que nous visons, nous ne pouvons ni accepter ce système, ni nous contenter de l’amender et de l’humaniser ; nous devons le dépasser et proposer un autre développement qui fixe de nouvelles limites à la sphère marchande, ouvre de nouvelles perspectives à la sphère publique, propose de nouvelles formes de propriété de l’entreprise plus démocratiques, transparentes et plus re-localisées.

Nous voulons une refondation républicaine de la démocratie.

L'intérêt général doit s'imposer par la participation citoyenne et la mobilisation de toutes et de tous. Nous voulons une citoyenneté étendue à tous les échelons de nos institutions et de l’organisation économique ainsi que dans tous les secteurs de la vie publique y compris la protection de l’écosystème, la justice, la santé, le travail. Nous entendons rétablir la prééminence de la démocratie parlementaire à l’opposé de la logique présidentialiste, revaloriser la portée du suffrage universel et fonder une VIe République. Nous considérons que la défense et la promotion de l’égalité des droits se concentrent dans l’exigence intransigeante de la laïcité dans l’organisation républicaine de la société, ainsi que dans celle de l’égalité entre hommes et femmes.

Nous voulons préserver les écosystèmes planétaires pour préserver l’humanité elle-même.

Nous savons qu’il est illusoire de demander au capitalisme d’être vertueux et de prendre en compte le Bien Public. Nous remettons en cause le productivisme tout en croyant au progrès humain et social. Nous affirmons l’urgence de changer rapidement les modes de consommation et de production forgés par le capitalisme. Nous nous prononçons pour une planification écologique au service d’un autre développement, d’un «alter développement». Pilotée démocratiquement, elle a pour but, au nom de l’intérêt général,
 de mettre en place dans la durée les transformations radicales qu’impose la crise écologique.

Nous voulons engager de manière urgente la profonde redistribution des revenus entre le
capital et le travail qui constitue la base de la construction du progrès social et de la réduction des inégalités.

Nous voulons une réorientation profonde de l’Union européenne afin d’en faire un espace démocratique et social respectant la souveraineté populaire.

Le traité de Lisbonne rejeté par les citoyens en France, aux Pays-Bas et en Irlande doit être abandonné. Un processus démocratique doit enfin s’ouvrir pour permettre aux citoyens européens de faire prévaloir l’intérêt général face aux dogmes néolibéraux qui inspirent les traités et les politiques européennes.

Nous voulons proposer à la gauche une méthode pour le changement social.

Celle-ci implique en particulier un travail d’éducation populaire tourné vers l’action, aidant la population à formuler le contenu des réformes radicales pour sa propre émancipation, ainsi que de nouvelles pratiques de gouvernement et de gestion des institutions publiques. Mais nous n’oublions pas non plus que le progrès social résulte le plus souvent d’oppositions et de rapports de force. La conquête du pouvoir d’Etat par le suffrage universel n’est efficace que si elle s’appuie sur des citoyens mobilisés et acteurs de leur propre changement.

Le parti que nous voulons

 

 

Un Parti politique

  

Le PG est un parti, c’est-à-dire un outil d’élaboration et d’action collectif au service d’un projet et d’une stratégie cohérents. Nationalement et localement, il présentera des candidat-e-s aux élections. Le PG a vocation à devenir majoritaire et à prendre des responsabilités gouvernementales en s’appuyant sur une mobilisation massive, populaire et citoyenne.

 

Un Parti ouvert et démocratique


Le PG se veut donc à la fois accueillant et ouvert à la diversité des expériences, à la parole des «sans voix», soucieux de fraternité et de solidarité. Il ne veut pas de clans, de culte du chef ou de domination des «spécialistes» de la politique.

 

Un Parti d’éducation populaire.

Le PG demande à chacun de ses membres d’être en veille et en formation politiques permanentes et d’aider les autres à acquérir cette formation, avec comme objectif d’entraîner une majorité populaire au service d’un projet de transformation en profondeur de la société.

 

Un Parti alliant réflexion et action.

Le PG se veut présent sur le terrain et mène le combat idéologique et politique contre la droite. Pour ce faire, il s’appuie sur la force collective de ses militantes et de ses militants. Il ne focalise pas son énergie sur des querelles internes ; il la consacre aux mobilisations sociales et à son implication dans la vie associative, syndicale, intellectuelle et culturelle de la société. Le PG agit en faveur de l’implication citoyenne à tous les niveaux de la vie sociale, dans la protestation comme dans l’action gouvernementale.

 

Un Parti unitaire et fédérateur.

Le PG respecte l’ensemble des formations de gauche et leurs cultures politiques. Il recherche sans cesse les formes de convergence et d’unité avec comme priorité de battre la droite et d’engager les transformations que l’intérêt général impose.

 

Un Parti de perspective européenne.

Le PG sait que le changement de société auquel il aspire passe par une autre Europe. Né en partie de la mobilisation populaire qui a conduit au rejet du référendum sur le traité européen, il noue des partenariats avec les forces de gauche en Europe favorables à un projet alternatif d’une Europe sociale et démocratique.

 

Un Parti internationaliste.

Nous devons opposer à la mondialisation financière et capitaliste des forces populaires coordonnant leurs efforts et refuser un monde unipolaire. Parce que les grands défis d’aujourd’hui se relèvent à l’échelle mondiale, le PG noue les partenariats nécessaires pour élargir son action au-delà des frontières de la France et de l’Europe.

 

Un Parti nouveau.

Le PG veut porter des orientations politiques et un fonctionnement novateurs et originaux, en particulier en matière de démocratie et de culture populaire. Il est donc un parti en chantiers sur son projet, ses programmes, son organisation. Des chantiers auxquels nous appelons à participer toutes celles et ceux qui souhaitent nous rejoindre.

 

Ce que nous voulons faire ensemble

 

Dans l’immédiat, nous opposer frontalement à la politique de la droite dans tous les domaines et par tous les moyens d’actions républicains à notre disposition.

Forger un parti de gauche vraiment nouveau qui devienne une force politique incontournable. Son congrès constitutif est fixé au 7 et 8 février 2009

Contribuer en France à la constitution d’un front de forces de gauche, à vocation majoritaire, pour les prochaines élections européennes

Le situer très vite dans une relation étroite avec d’autres forces de gauche, en Europe et dans le monde, notamment en Amérique Latine, pour jeter les bases d’un nouvel internationalisme.


Partager cet article
Repost0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 16:40

 

                                             MEETING DE LANCEMENT DU PARTI DE GAUCHE 
                                                                          Le 29.11.2008  -Photo CCPG23-



Bonjour,

Le blog du Comité Creusois du Parti de Gauche est né !
Cet outil nous permettra de vous informer des actions du Comité Creusois sur le département ainsi que des actions du Parti de Gauche au niveau national.

Le Comité Creusois du PG a été constitué le 12 novembre 2008, dès la création au niveau national du Parti, par David Gipoulou et Pierre Auger.

Le Comité a vu très rapidement ses premiers adhérents le rejoindre et ses premiers soutiens se manisfester.

Les premières actions du Comité Creusois :

Le CC a organisé une première conférence de presse le 15 novembre 2008, précédée par une distribution de tracts Place Bonnyaud.
Le CC était présent lors du meeting de lancement du PG le 29 novembre 2008 à Paris, représenté par deux de ses délégués.
Le CC s'est déjà réuni trois fois pour définir ses règles de fonctionnement et ses axes d'actions pour 2009.

Le CC a organisé une campagne d'affichage sur le département sur les thèmes: 

- La retraite à 70 ans. Ca suffit comme ça !
- Le travail le dimanche. Ca suffit comme ça !
- La catastrophe écologique. Ca suffit comme ça !
- La liquidation des Services Publics. Ca suffit comme ça !
Ainsi que:
- Face à la crise. Vite le Bouclier Social.
- Après le "Non" . Une autre Europe est possible.

Le CC était présent lors du premier Conseil National du 20 décembre 2008, représenté par trois de ses délégués.

Le CC a commencé à rencontrer d'autres organisations pour la création d'un front de gauche pour les prochaines élections européennes.

Prochains rendez-vous:

Deux réunions publiques de présentation du Parti de Gauche sont déjà programmées :
- La première à Aubusson le mercredi 14 janvier 2009 à 18h30 dans la salle de la Bourse du Travail.
- La seconde à Guéret le vendredi 16 janvier 2009 à 18h30 dans la grande salle de la Mairie.

Venez nombreux.

Amitiés


Pour tous renseignements, informations , et adhésions vous pouvez nous joindre par
e-mail à l'adresse suivante:
pg23@lepartidegauche.fr ou en utilisant le Contact se trouvant en bas de cette page.



  

Partager cet article
Repost0